Mon Parcours

J’ai toujours aimé les chapeaux qui, je trouve, donnent de l’allure à une tenue et une silhouette. C’est la touche finale qui vient compléter et finir une tenue vestimentaire.

C’est par hasard que je me suis lancée dans la réalisation de chapeaux, bibis et autres bijoux de tête. Par un détour de carrière, je me suis trouvée à vivre quelques temps sur Roanne (42).

J’ai découvert à travers un magasine locale qu’il y a sur Roanne un musée du chapeau. Plus qu’un musée, il s’agit d’une modiste, Blanche Ovtcharenko, qui propose non seulement des chapeaux à la vente, mais qui transmet son savoir à travers des formations. Elle est accompagnée de son époux qui exerce le métier de  sculpteur sur bois et plus particulièrement celui de formier, sculpteur de formes à chapeaux en bois. (Pour les retrouver, c’est par ici: http://www.lesateliersdart.net/)

J’ai donc suivi cette formation de création de chapeaux en feutre. De fil en aiguille, à force de faire des chapeaux pour mon plaisir, et soutenue dans cette démarche par mon compagnon, je me suis dit  « et pourquoi pas en faire une activité? ».

Je prends un immense plaisir à réaliser chacune de mes créations. Je les fais telles que j’aimerais les porter.

Mon inspiration

L’inspiration vient de partout: de photos, d’éléments vintages, de couleurs, de sensations… C’est surtout l’imagination qui s’exprime lors de la création d’un chapeau.

Mon atelier

Voici quelques images de mon espace de travail, de création.

Mes outils

Les formes en bois sont les outils de base de la chapelière-modiste.

Il en existe de toutes les formes et dans toutes les tailles. Elles servent à donner sa forme au chapeau. La modiste vient appliquer le matériau sur la forme et en séchant, celui-ci prend la forme du moule et la garde par la suite.

Deux techniques existent: mouler une forme déjà existante-le chapeau existe déjà dans la forme et peut être réalisé en série, ou mouler à la main sur une forme simple – calotte boule par exemple- pour créer des formes libres, des plissés rendant le chapeau totalement unique.

Bien sûr, j’utilise des ciseaux, aiguilles, cutter, mètre ruban, fer à repasser … et un couscoussier! Il me sert à faire prendre la vapeur au feutre et le rendre maléable pour être ensuite moulé sur les formes en bois.

Mes matières premières

L’incontournable: le cône de feutre. Il arrive dans sa forme brute, simple cône, et peut se transformer à l’infini, la seule limitée étant celle de l’imagination. Il se décline sous plusieurs rendus: feutre de laine, feutre de poil, plusieurs longueurs de poils, plusieurs types de douceur. On le trouve sous forme de cône simple ou de capeline. Il a alors un large bord déjà préformé et permet la réalisation de chapeaux à large bord.

Pour l’été: le cône de paille.  Tout comme le cône de feutre, il se présente soit sous la forme d’un cône simple ou d’une capeline.

Le sisal: matière par excellence des bibis et chapeaux de cérémonie. Issu d’une fibre naturelle, il est aérien et solide.

Une grande variété d’autres matières et matériaux sont indispensables à la réalisation des chapeaux: des rubans, des galons, de la dentelle, du cuir, des tissus, des perles, du fil …